Trump Vs. Schiff, Soros and Socialism [English and French] 😈


Par Cliff Kincaid – Le 12 novembre 2019

Rep. Adam Schiff, the chairman of the House Intelligence Committee, was given a prestigious seat on the Congressional Host Committee for the Victims of Communism Memorial Foundation “Triumph of Liberty” dinner last Friday in Washington, D.C. This makes Schiff look like a tough anti-communist as he proceeds with the impeachment of President Trump this week.

But analyst Trevor Loudon has a long entry on Rep. Schiff in his Keywiki database, documenting his connections to left-wing labor unions with a socialist bent, George Soros-funded groups, and the pro-Communist Chinese Committee of 100.  He says the latter essentially runs “influence operations” for the communist Chinese regime.
The impeachment drive is taking place at a time when the Trump administration is attempting to confront China over its unfair trading practices and drive for tech dominance.
What’s surprising to some observers is that the Victims of Communism Memorial Foundation would accept Schiff as a sponsor of the event. Republicans, who comprised the majority of congressional dinner sponsors, say Schiff’s process to remove Trump has been unfair and secretive. Indeed, many conservatives call it a Soviet-style process, with one critic saying Schiff is going “full Stalin” in his zeal to destroy Trump.
The Ukraine Connection
In leading the effort to impeach and remove Trump from office, Schiff is focusing on Trump’s alleged improper call to Ukraine’s president about investigating corruption charges against potential rival Joe Biden’s son. Trump had also wanted to know if Ukraine had a role in devising the phony “Trump Dossier” used to justify surveillance of the president and his aides.
The call was revealed by an anti-Trump “whistleblower” from the CIA whose identity is being protected by Schiff, the major media, and the social media companies. Trump released a transcript of the phone call and suggests treasonous behavior on the part of “Shifty Schiff.”
As the process has unfolded, Schiff “expressed regret” for lying about having no prior contact with the CIA “whistleblower” behind the impeachment. “We have not spoken directly with the whistleblower,” he said on September 17. But a member of his staff had in fact spoken to the CIA analyst.
Before the current impeachment drive, Schiff was also a leading maker of false claims of Russian “collusion” against President Trump. There was “ample evidence of collusion in plain sight,” Schiff had said about Trump and Russia. But Special Counsel Robert Mueller’s investigation found no such collusion.
A Controversial Pick
The November 8 “Triumph of Liberty” dinner recognized Joachim Wilhelm Gauck, a German politician and former pastor in East Germany, with the Truman-Reagan Medal of Freedom, named for the Democratic and Republican presidents most associated with anti-communism. However, Gauck was also the recipient of the Open Society Prize from the controversial Central European University, an institution founded by billionaire hedge fund operator George Soros. CEU founder Soros, who supports Marxist and left-wing causes and candidates in the U.S., said that Gauck “has spent his life ensuring that people who suffered under communism were not forgotten and that the crimes of the Stasi [East German secret police] did not go unpunished.”
In fact, leaders of the Stasi such as Markus Wolf escaped prison time, following a conscious decision by Western elites not to hold Nuremberg-style trials of the communists that could have resulted in the death penalty. As a result, Vladimir Putin, a former Soviet KGB colonel stationed in East Germany, became president of Russia, and Germany has been ruled since 2005 by Angela Merkel, a communist youth activist in East Germany who, as Chancellor, made Germany more dependent on Russian oil and gas by terminating Germany’s nuclear energy program. She also welcomed the Muslim invasion of Europe, leading to more Islamic terrorism.
These and other developments help explain why the subtitle of the late Soviet dissident Vladimir Buovsky’s massive book, Judgment in Moscow, refers to Soviet crimes and “western complicity.” He called for Nuremberg-style trials for the communists.
“The Victims of Communism Memorial Foundation long has studied the possibility of putting communism on trial before the world court of public opinion,” says Dr. Lee Edwards, the co-founder and chairman of the Victims of Communism Memorial Foundation. “Perhaps, as an homage to Vladimir Bukovsky, it is time to begin planning such a historic event.”
It’s about time.
Schiff Vs. Trump
Trump continues to highlight the cause of anti-communism. One day before the “Triumph of Liberty” dinner, Trump hosted an event to commemorate the victims of communism and issued a statement on the matter.
But Trump’s disgust for the “anti-communist” Schiff on national security grounds is well-known. He had told reporters in Washington on October 28 that the White House didn’t notify the House Intelligence Committee about the raid that killed Abu Bakr al-Baghdadi, the founder of ISIS, because of concern that the information would be leaked by Schiff. Trump said, “…I think Adam Schiff is the biggest leaker in Washington.”
Bukovsky’s Judgment in Moscow discusses how  some of Schiff’s congressional associates or former colleagues in Congress tried to undermine President Ronald Reagan’s anti-communist foreign policy, in order to benefit the Soviet Union and install a communist regime in Nicaragua. He cites a secret document showing ties between the Soviet Communist Party and the Sandinista National Liberation Front of Nicaragua.
In this regard, Trevor Loudon notes that the second-ranking Democrat on the Intelligence Committee, Jim Himes of Connecticut, traveled to pro-Soviet Nicaragua in the late 1980s to research his undergraduate thesis “The Sandinista Defense Committees and the Transformation of Political Culture in Nicaragua.” Loudon asserts that Himes “essentially whitewashed” the civilian spy networks for the Marxist-Leninist regime.
“Luckily for Jim Himes,” commented Loudon, “there are no security background checks required to serve on the House Intelligence Committee. In fact, security background checks are not required to serve on any congressional committee — even those with access to sensitive classified material.”
It’s clear that, before ultimate victory over communism can be achieved, an official Nuremberg Trial for the communists and their fellow travelers in the West must be held. But that might expose the Marxists in Congress that anti-communist President Reagan had publicly expressed so much concern about. In fact, Reagan had reminisced about the days when Congress had a committee (the House Committee on Un-American Activities) that would investigate even its own members if communist involvement was suspected.
Communism Never Died
The real Russia scandal, as explained by Bukovsky in his book, is that both major political parties have acted as though communist leaders, first in the Soviet Union and then China, could be reasoned with, and that Western aid and trade would transform communist dictatorships into responsible members of the international order. He explained how the last Soviet President, Mikhail Gorbachev, had a plan to change the face of Soviet communism and integrate the world through regional blocs such as the European Union into international socialist structures. Gorbachev used demands for U.N. global action against “global warming” as a means to bring that about.
In a speech titled, “October and Perestroika: The Revolution Continues,” Gorbachev had openly declared his commitment to a one-world communist state, saying on November 2, 1987, “We are moving towards a new world, the world of communism. We shall never turn off that road.”
Yet, the George Bush Award for Excellence in Public Service, named for the former president, the first President Bush, was given to Gorbachev in 2001. The award was given at the time in honor of Gorbachev supposedly finding “common ground” on such matters as human rights and arms control and presiding over the transition to a “democratic Russia.” A big ceremony was held at the George H.W. Bush Presidential Library.
President George W. Bush had said about Russian President and former KGB colonel Vladimir Putin, “I looked the man in the eye … I was able to get a sense of his soul.”
Western leaders, including both American Presidents Bush, had wanted to believe that communism was dead, or dying, and that the world could come together as one, in favor of what the first President Bush called a New World Order.
By contrast, Trump has rejected that approach, most notably in his “The future does not belong to globalists” speech at the U.N.
Based on an analysis of their programs and events, it seems clear that the Victims of Communism Memorial Foundation has not done an adequate job of explaining how Gorbachev’s policies of Perestroika and Glasnost were designed to fool the west and duped Democrats and Republicans. The group has received hundreds of thousands of dollars from the Scaife Foundations, whose late founder, Dick Scaife, was a stanch anti-communist who recognized the nature of the communist enemy. He would be disappointed in the failure to pursue a strategy of victory over communism.
It’s time not only for the Victims of Communism Memorial foundation to join the call for Nuremberg Trials for communism, as Bukovsky recommended, but endorse the formation of new congressional committees on un-American activities and internal security.
In this context, the fact that members of the Bush administration are prominent figures in the Victims of Communism Memorial Foundation may help explain the failure to address what communist defector Anatoliy Golitsyn had called in his book, “The Perestroika Deception.”  These Bush officials are associated with globalist organizations such as the Council on Foreign Relations (CFR) and the Trilateral Commission, the latter implicated in Bukovsky’s book in facilitating Gorbachev’s schemes and plans. The CFR was tainted by having communist spy Alger Hiss as a prominent member and has recently been asked to explain how and why convicted pedophile Jeffrey Epstein joined the organization.
The mission of the Victims of Communism group was compromised from the beginning, owing to the fact that it was authorized by a Congressional Act signed by President Bill Clinton and had to take practical measures not to offend establishment Democrats or Republicans. But history shows that Congressional Democrats had terminated the House Internal Security Committee, the successor to the House Committee on Un-American Activities, and its Senate counterpart. There is no way to escape this critical fact.
Fighting Communism with Socialism
In another indication of left-wing drift that makes accountability for socialists and communists difficult, the Victims of Communism group features Carl Gershman, a socialist, on its advisory council. Gershman is the long-time president of the National Endowment for Democracy (NED), a federally-funded entity which spends $180 million a year on “democracy assistance” in foreign countries.
President Ronald Reagan had started the NED program in 1983 and figured it would maintain an anti-communist bent. But so-called non-communist socialists who support globalism and American intervention in foreign countries quickly took charge. Many of them are commonly called “neoconservatives.” Until Trump ran for office and was elected, they were part of the Republican coalition. Today, many are Never-Trumpers.
For his part, Gershman  was chairman of the Young People’s Socialist League and Executive Director of Social Democrats, U.S.A., an offshoot of the U.S. Socialist Party. He once sought “to transform the Democratic party into the Social Democratic party” and was quoted as saying, “Our goal as socialists is to create political structure in America which is equivalent to a social democratic party.” They seem to operate on the assumption, also embraced by the CIA since the end of World War II, that “democratic socialism” was “the most effective bulwark against totalitarianism,” in the words of liberal historian Arthur Schlesinger.
In August, Gershman, speaking in Ukraine, said the National Endowment for Democracy “has made support for democracy in Ukraine one of its chief priorities.” He previously wrote an extraordinary September 26, 2013, article in the Washington Post that called Ukraine “the biggest prize” in a confrontation with Russia and suggested that Russian President Putin’s days in power could be numbered.
Trump, who has sought better relations with Russia and wants to avoid a military confrontation over Ukraine, seems to think the NED is meddling in the affairs of other countries. His budget office proposed a major reduction in the NED budget. But Democrats  joined Republicans such as Senator Lindsey Graham in pronouncing the proposal “dead on arrival.”
Irritating Trump and his supporters, the National Endowment for Democracy earlier this year honored the late Senator John McCain, a major Trump critic, with a posthumous presentation of NED’s Democracy Service Medal.  McCain had turned the “Trump Dossier” over to the FBI at the suggestion of his close friend, Senator Lindsey Graham.
Graham has come under strong criticism for failing to follow through on his promise to use his Senate Judiciary Committee to investigate the Deep State operatives trying to remove Trump. Lou Dobbs of Fox calls Graham a fraud.
As a result, Trump, the most anti-communist president since Reagan, is facing impeachment and possible removal from office.
En Français :
Le Représentant Adam Schiff, président du Comité du Renseignement de la Chambre, a reçu un siège prestigieux au dîner organisé par le Comité d’Accueil du Congrès pour la victime du communisme « Triomphe de la Liberté » à Washington, DC, communiste alors qu’il procède à la destitution du président Donald Trump cette semaine.
En conséquence, Trump, le président le plus anti-communiste depuis Reagan, fait face à une destitution et à une révocation possible.
Mais, l’analyste Trevor Loudon a longtemps écrit sur le représentant Schiff dans sa base de données Keywiki, documentant ses liens avec les syndicats ouvriers de gauche avec une tendance socialiste, des groupes financés par George Soros, et le comité chinois de 100 membres procommuniste.  Ce dernier organise essentiellement des « opérations d’influence » pour le régime communiste chinois.
La campagne de destitution a lieu à un moment où l’administration Trump tente de confronter la Chine au sujet de ses pratiques commerciales déloyales et de sa domination du secteur technologique.
Ce qui surprend certains observateurs, c’est que la Fondation commémorative des victimes du communisme accepte Schiff comme sponsor de l’événement.  Les républicains, qui constituaient la majorité des commanditaires du dîner au Congrès, ont déclaré que le processus d’élimination de Trump par Schiff avait été injuste et secret.  En effet, de nombreux conservateurs appellent cela un processus de style soviétique, un critique affirmant que Schiff se « livre à Staline » dans son zèle pour détruire Donald Trump.
La connexion avec l’Ukraine
En menant ses efforts pour destituer Donald Trump de ses fonctions, Schiff se concentre sur le prétendu appel abusif présumé de ce dernier au président ukrainien afin qu’il enquête sur les accusations de corruption portées contre le fils de son rival, Joe Biden.  Donald Trump avait également voulu savoir si l’Ukraine avait un rôle à jouer dans l’élaboration du faux « Dossier Trump » utilisé pour justifier la surveillance du président et de ses collaborateurs.
L’appel a été révélé par un « lanceur d’alerte » anti-Trump de la CIA, dont l’identité est protégée par Schiff, les principaux médias et les sociétés de médias sociaux.  Trump a publié une transcription de l’appel téléphonique et suggère un comportement traître de la part de « Shifty Schiff ».
Au fur et à mesure que le processus se déroulait, Schiff « a exprimé son regret » de mentir sur le fait qu’il n’avait aucun contact préalable avec le « lanceur d’alerte » de la CIA derrière la mise en accusation.  « Nous n’avons pas parlé directement au lanceur d’alerte », a-t-il déclaré le 17 septembre.  Mais, un membre de son personnel avait en fait parlé à l’analyste de la CIA.
Avant la campagne de mise en accusation en cours, Schiff était également l’un des principaux fabricants de fausses allégations de la « collusion » russe avec le président Trump.  Il y avait « de nombreuses preuves de collusion à la vue », avait déclaré Schiff à propos de Trump et de la Russie.  Mais, l’enquête de l’avocat spécial Robert Mueller n’a révélé aucune collusion de ce type.
Un choix controversé
Le dîner du « Triomphe de la Liberté » du 8 novembre a récompensé Joachim Wilhelm Gauck, homme politique allemand et ancien pasteur en Allemagne de l’Est, avec la médaille de la Liberté Truman-Reagan, nommée en l’honneur des présidents démocrate et républicain les plus associés à l’anticommunisme. Cependant, Gauck a également reçu le prix Open Society de la controversée Central European University, une institution fondée par l’opérateur de fonds spéculatifs, le milliardaire George SorosLe fondateur de la CEU, Soros, qui soutient les causes marxistes et de gauche et les candidats aux États-Unis, a déclaré que Gauck « a passé sa vie à faire en sorte que les personnes qui ont souffert du communisme ne soient pas oubliées et que les crimes de la Stasi [police secrète est-allemande] ne reste pas impunis ».
En fait, des dirigeants de la Stasi, tels que Markus Wolf, ont échappé à la prison, à la suite d’une décision délibérée des élites occidentales de ne pas organiser de procès à la Nuremberg pour les communistes qui auraient pu entraîner la peine de mort.  En conséquence, Vladimir Poutine, ancien colonel du KGB soviétique basé en Allemagne de l’Est, est devenu président de la Russie.  Depuis 2005, l’Allemagne est dirigée par Angela Merkel, une jeune militante communiste en Allemagne de l’Est qui, en tant que chancelière, a rendu l’Allemagne plus dépendante du pétrole et du gaz russe en mettant fin au programme nucléaire de l’Allemagne.  Elle s’est également félicitée de l’invasion musulmane de l’Europe, qui a entraîné davantage de terrorisme islamique.
Ces développements et d’autres contribuent à expliquer pourquoi le sous-titre de l’ouvrage massif du jugement dissident soviétique Vladimir Buovsky, Jugement à Moscou, fait référence aux crimes soviétiques et la « complicité occidentale ». Il a appelé à un procès à la Nuremberg pour les communistes.
« La Fondation commémorative des victimes du communisme a longtemps étudié la possibilité de traduire en justice le communisme devant le tribunal international de l’opinion publique », a déclaré le Dr Lee Edwards, cofondateur et président de la Fondation commémorative des victimes du communisme.  « Peut-être, en hommage à Vladimir Bukovsky, il est temps de commencer à planifier un événement aussi historique ».
C’est l’heure.  Schiff vs. Trump
Trump continue à mettre en avant la cause de l’anticommunisme.  Un jour avant le dîner du « Triomphe de la Liberté », Trump a organisé un événement pour commémorer les victimes du communisme et a publié une déclaration à ce sujet.
Mais, le dégoût de Donald Trump à l’égard du Schiff «anticommuniste» pour des raisons de sécurité nationale est bien connu.  Le 28 octobre, il avait déclaré à la presse à Washington que la Maison-Blanche n’avait pas informé le Comité du Renseignement de la Chambre au sujet du raid qui avait coûté la vie à Abou Bakr al-Baghdadi, le fondateur de l’ISIS, craignant que cette information ne soit divulguée par Schiff.  Trump a déclaré : «… Je pense qu’Adam Schiff est le plus gros responsable des fuites à Washington. »
Le jugement de Bukovsky à Moscou explique comment certains associés du Congrès ou ex-collègues du Congrès ont tenté de saper la politique étrangère anticommuniste du président Ronald Reagan afin de profiter à l’Union Soviétique et de mettre en place un régime communiste au Nicaragua.  Il cite un document secret montrant les liens entre le Parti communiste soviétique et le Front sandiniste de libération nationale du Nicaragua.
À cet égard, Trevor Loudon note que le second démocrate au sein du comité du renseignement, Jim Himes, du Connecticut, s’est rendu au Nicaragua, à l’origine du soviet, à la fin des années 1980 pour y effectuer des recherches sur sa thèse de premier cycle intitulée « Les comités de défense sandinistes et la transformation de la culture politique ».  Loudon affirme que Himes a
« blanchi à la chaux » les réseaux d’espionnage civils du régime marxiste-léniniste.
« Heureusement pour Jim Himes », a commenté Loudon, « aucune vérification des antécédents en matière de sécurité n’est requise pour siéger au Comité du Renseignement de la Chambre.  En fait, les vérifications des antécédents de sécurité ne sont pas nécessaires pour siéger à un comité du Congrès, même à ceux ayant accès à des documents confidentiels ».
Il est clair qu’avant la victoire finale sur le communisme, il faut organiser un procès officiel à Nuremberg pour les communistes et leurs compagnons de voyage occidentaux.  Mais, cela pourrait exposer les marxistes au Congrès pour lesquels le président anticommuniste Reagan avait publiquement exprimé tant d’inquiétude.  En fait, Reagan avait évoqué l’époque où le Congrès avait un comité (le Comité de la Chambre sur les activités non-américaines) qui enquêterait même sur ses propres membres si l’on soupçonnait l’implication du communisme.
Le communisme n’est jamais mort
Le véritable scandale russe, comme l’explique Bukovsky dans son livre, est que les deux principaux partis politiques ont agi comme si les dirigeants communistes, d’abord en Union Soviétique, puis en Chine, pouvaient être raisonnés, et que l’aide et le commerce occidentaux transformeraient les dictatures communistes, responsables de l’ordre international.  Il a expliqué comment le dernier président soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, avait prévu de changer le visage du communisme soviétique et d’intégrer le monde à travers des blocs régionaux tels que l’Union Européenne dans des structures socialistes internationales.  Gorbatchev a utilisé les revendications de l’action mondiale menée par les États-Unis contre le « réchauffement de la planète » pour y parvenir.
Dans un discours intitulé « Octobre et Perestroïka : La révolution continue », Gorbatchev a déclaré ouvertement son engagement en faveur d’un État communiste mondial, déclarant le 2 novembre 1987 : « Nous nous dirigeons vers un monde nouveau, le monde communiste.  Nous ne fermerons jamais cette route ».
Pourtant, le prix George Bush pour l’excellence dans la fonction publique, nommé en l’honneur de l’ancien président, le premier président Bush, a été décerné à Gorbatchev en 2001.  Ce prix avait été remis à l’époque en l’honneur de Gorbatchev censé trouver un « terrain d’entente » sur de telles questions, en tant que droits de l’homme et contrôle des armements et présidant à la transition vers une « Russie démocratique ».  Une grande cérémonie a eu lieu à la bibliothèque présidentielle George HW Bush.
Le président George W. Bush avait déclaré à propos du président russe et ancien colonel du KGB, Vladimir Poutine : « J’ai regardé l’homme dans les yeux … j’ai pu avoir une idée de son âme ».
Les dirigeants occidentaux, y compris les deux présidents américains Bush, avaient voulu croire que le communisme était mort ou en voie de disparition et que le monde pourrait s’unir pour défendre ce que le premier président Bush a appelé un Nouvel Ordre Mondial.
En revanche, Donald Trump a rejeté cette approche, notamment dans son discours intitulé « L’avenir n’appartient pas aux mondialistes » aux États-Unis.
Sur la base d’une analyse de leurs programmes et de leurs événements, il apparaît clairement que la Fondation commémorative des victimes du communisme n’a pas suffisamment expliqué comment la politique de Gorbatchev en matière de Perestroïka et de Glasnost était conçue pour duper l’Occident et duper les démocrates et les républicains.  Le groupe a reçu des centaines de milliers de dollars des fondations Scaife, dont le défunt fondateur, Dick Scaife, était un anticommuniste convaincu qui reconnaissait la nature de l’ennemi communiste.  Il serait déçu de ne pas avoir suivi une stratégie de victoire sur le communisme.
Le temps est venu non seulement pour la fondation commémorative des victimes du communisme de se joindre à l’appel aux procès de Nuremberg pour le communisme, comme le recommandait Bukovsky, mais, d’approuver la formation de nouveaux comités du Congrès sur les activités non américaines et la sécurité intérieure.
Dans ce contexte, le fait que des membres de l’administration Bush soient des personnalités de premier plan dans la Fondation commémorative des victimes du communisme peut aider à expliquer l’échec de ce que le défenseur communiste Anatoliy Golitsyn avait appelé dans son livre « La tromperie de la perestroïka », associé à des organisations mondialistes telles que le Conseil des relations extérieures (CFR) et la Commission trilatérale, cette dernière étant impliquée dans l’ouvrage de Bukovsky dans la facilitation des projets de Gorbatchev.  Le CFR a été entaché par l’espion communiste Alger Hiss en tant que membre influent.  On lui a récemment demandé d’expliquer comment et pourquoi le pédophile condamné, Jeffrey Epstein, avait rejoint l’organisation.
La mission du groupe des victimes du communisme a été compromise dès le début, du fait qu’elle avait été autorisée par un Acte du Congrès signé par le président Bill Clinton et devait prendre des mesures pratiques pour ne pas offenser les démocrates ou les républicains.  Mais, l’histoire montre que les démocrates du Congrès ont mis fin au Comité de la sécurité intérieure de la Chambre, successeur du Comité de la Chambre sur les activités non-américaines, et à son homologue du Sénat.  Il n’y a aucun moyen d’échapper à ce fait critique.
Combattre le communisme avec le socialisme
Autre indice de la dérive de gauche qui rend difficile la responsabilisation des socialistes et des communistes, le groupe des victimes du communisme présente le conseil consultatif de Carl Gershman, un socialiste.  Gershman est depuis longtemps président du National Endowment for Democracy (NED), une entité financée par le gouvernement fédéral qui dépense 180 millions de dollars par an en « aide à la démocratie » dans des pays étrangers.
Le président Ronald Reagan avait lancé le programme NED en 1983 et s’était dit qu’il allait maintenir un penchant anticommuniste.  Mais, les soi-disant socialistes non communistes qui soutiennent le globalisme et l’intervention américaine dans les pays étrangers ont rapidement pris les choses en main. Nombre d’entre eux sont communément appelés « néoconservateurs ».  Jusqu’à leur élection, Trump faisait partie de la coalition républicaine.  Aujourd’hui, beaucoup ne sont jamais que des trompeurs.
Pour sa part, Gershman était président de la Ligue socialiste des jeunes et directeurs exécutifs des sociaux-démocrates, États-Unis, une émanation du parti socialiste américain.  Il avait autrefois cherché à « transformer le parti démocrate en parti social-démocrate » et aurait déclaré : « Notre objectif, en tant que socialistes, est de créer en Amérique une structure politique qui équivaut à un parti social-démocrate », également adopté par la CIA depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, que le « socialisme démocratique » était « le rempart le plus efficace contre le totalitarisme », selon les mots de l’historien libéral Arthur Schlesinger.
En août, Gershman, s’exprimant en Ukraine, a déclaré que le National Endowment for Democracy « avait fait de l’appui à la démocratie en Ukraine l’une de ses principales priorités », le plus gros prix « dans une confrontation avec la Russie et a suggéré que les jours au pouvoir du président russe Poutine pourraient être comptés ».
Trump, qui cherche à améliorer ses relations avec la Russie et veut éviter un affrontement militaire sur l’Ukraine, semble penser que la NED s’immisce dans les affaires des autres pays.  Son bureau du budget a proposé une réduction importante du budget du NED.  Mais, les démocrates ont rejoint les républicains tels que le sénateur Lindsey Graham en prononçant la proposition « morte à l’arrivée ».
En irritant Trump et ses partisans, le National Endowment for Democracy, ont rendu hommage au regretté sénateur John McCain, grand critique de Trump, en remettant à titre posthume la Médaille du service pour la démocratie du NED. McCain avait remis le « Dossier Trump » au FBI sur la suggestion de son ami proche, le sénateur Lindsey Graham.
Graham a été fortement critiqué pour ne pas avoir honoré sa promesse de faire appel à son comité judiciaire du Sénat pour enquêter sur les agents de l’État Profond qui tentaient de renverser Trump.  Lou Dobbs de Fox traite Graham de fraudeur.
En conséquence, Trump, le président le plus anti-communiste depuis Reagan, fait face à une destitution et à une révocation possible.
Source lien dossier N°1 : pleinsfeux
Source lien dossier N°2 : newswithviews

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.