Macron a diffusé une photo Fake News sur les incendies en Amazonie 🤭


La photo relayée par le président pour s’alarmer des flammes qui ravagent la forêt tropicale a été prise il y a plusieurs décennies.

« Notre maison brûle. Littéralement. » Jeudi soir, Emmanuel Macron réagit sur Twitter à propos des incendies qui ravagent actuellement l’Amazonie. Son tweet est accompagné d’une photo montrant un épais nuage de fumée s’élevant au-dessus d’une forêt. Le cliché a largement été relayé par nombre d’internautes et célébrités pour illustrer la catastrophe naturelle. Mais problème, s’il s’agit bien de la forêt amazonienne, le feu n’est pas celui qui la dévaste ces derniers jours.

Notre maison brûle. Littéralement. L’Amazonie, le poumon de notre planète qui produit 20% de notre oxygène, est en feu. C’est une crise internationale. Membres du G7, rendez-vous dans deux jours pour parler de cette urgence. #ActForTheAmazon pic.twitter.com/Og2SHvpR1P— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) August 22, 2019

Plusieurs internautes et sites de fact-checking ont pointé du doigt son ancienneté. Le cliché accompagnait déjà des articles traitant d’incendies survenus en Amazonie en février 2018 et en septembre 2012. Contactés par BFMTV, les services du palais présidentiel ont déclaré qu’ils l’avaient choisi en « connaissance de cause », faute d’images de la catastrophe actuelle.
La photo est en réalité tirée de la banque d’images libres de droit Alamy. Aucune date de prise de vue n’est toutefois mentionnée. Contacté par Le Parisien, Alamy assure que le cliché y a été posté par un contributeur en 2010. Elle est néanmoins encore plus ancienne. Selon le crédit indiqué par Alamy, l’auteur serait le photojournaliste américain Loren McIntyre. Puisque ce dernier est décédé en 2003, le cliché aurait donc au moins 16 ans. Mais d’après nos recherches, il aurait plutôt entre 30 et 50 ans.
Des années d’expéditions en Amazonie
Après avoir officié dans la Marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, Loren McIntyre navigue pour la première fois sur l’Amazone en 1935, à l’âge de 18 ans. Passionné d’aventures, il se lance dans de véritables expéditions dans la région en tant que photoreporter dans les années 1960.
Il partage alors son travail avec le magazine National Geographic. En 1971, lors d’une expédition parrainée par la revue, McIntyre et deux autres hommes localisent la plus haute source du fleuve. Celle-ci porte d’ailleurs son nom aujourd’hui. McIntyre publie son reportage dans l’édition d’octobre 1972. Mais National Geographic nous affirme que la photo en question n’y apparaît pas. Elle n’apparaît pas non plus dans sa base de données. « Elle n’a pas dû être prise pour nous », nous affirme-t-on.
Le photojournaliste n’a pas cessé ses expéditions dans cette région d’Amérique du Sud. Son aventure en 1975 au sein de la tribu indigène Mayoruna qui serait dotée de capacités télépathiques est racontée 16 ans plus tard dans « Amazon Beaming » par l’auteur roumain Petru Popescu. Mitigé à propos de cet épisode, il aurait attendu plusieurs années avant d’en parler. Popescu serait même la première personne à qui il l’a raconté. Dans son ouvrage, l’auteur roumain romance également l’expédition de McIntyre pour découvrir la source de l’Amazone.
Mystère autour de la date
La même année, le photoreporter écrit et illustre « Amazonia » pour l’association américaine écologiste Sierra Club. Dans ce livre, le vétéran de la Seconde Guerre mondiale retrace ses décennies d’expéditions en Amérique du Sud. Il partage 121 clichés allant de vues aériennes à des portraits de la tribu Mayoruna, avec qui il a vécu plusieurs mois. La photo largement utilisée pour illustrer les incendies actuels en Amazonie s’y trouve probablement. On peut donc lui attribuer une date d’origine entre 1972 à 1991.
La fourchette pourrait en réalité être bien plus resserrée que cela. Si National Geographic nous a confirmé que la photo n’apparaissait pas dans leur base de données, une autre similaire de McIntyre a été publiée dans leur édition de mai 1980. À cette époque, un autre incendie s’était déclenché dans la région, preuve que cet événement n’est pas récent. Aucune certitude toutefois qu’il s’agisse du même feu de forêt.
La preuve que selon le témoignage du président fondation national Framklimberg Ribeiro De Freitas, que ce n’est pas Bolsonaro qui a brulé la forêt de Amazonienne, mais que c’est les gouvernement de Macron qui responsable du feu sur Amazonienne et Bolsonaro a fait son mieux de protéger la forêt. preuve vidéo diffuser sur France 24.
Source lien dossier : leparisien

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.