Les gouvernement de la Belgique PS, MR, OpenVLD etc… aurait détruit son stock de six millions de masques FFP2 l’an dernier car périmé, sans le renouveler par souci d’économie 🤫


L’an dernier, la Belgique a procédé à la destruction d’un stock stratégique de plusieurs millions de masques de protection de type FFP2 qui étaient parvenus à leur date de péremption, mais sans procéder à leur renouvellement par souci d’économie, rapporte lundi Le Vif sur son site internet.

Ces quelque six millions de masques FFP2 avaient été acquis à l’occasion de l’épidémie de grippe H1N1 en 2009.
L’an dernier, le gouvernement avait toutefois décidé de procéder à la destruction de ces masques, ceux-ci ayant atteint leur date de péremption.
Mais par souci d’économie dans le budget des soins de santé, la ministre Maggie De Block a décidé de ne pas renouveler cette réserve, affirme le site d’infos.
Celui-ci appuie ses informations sur base d’une copie du procès-verbal de la réunion du 6 février dernier du Risk Management Group, que le Vif s’est procurée.
Depuis l’émergence du coronavirus SARS-CoV-2 en Europe, les autorités belges cherchent tous azimuts à se procurer des masques de protection, notamment de type FFP2 lesquels font cruellement défaut auprès du personnel médical appelé à soigner les personnes atteintes, ou soupçonnées d’être atteintes, par la maladie.
Selon les dernières données livrées par les autorités sanitaires lundi, la Belgique compte 3.743 cas confirmés de Covid-19 sur son territoire. Pas moins de 1.643 personnes ont dû être hospitalisées, et 88 ont perdu la vie.
Maggie De Block réagit
Le stock stratégique fédéral de masques de protection FFP2 qui a été détruit était devenu inutilisable, et un plan a bien été lancé ensuite pour constituer un nouveau stock, mais géré de manière différente, précise lundi soir le cabinet de la ministre de la Santé publique Maggie De Block, en réaction à l’information relayée par Le Vif.
Le cabinet De Block donne une autre version des faits, lundi soir. « L’ancien stock stratégique était stocké à la Défense mais pas dans de bonnes conditions. Les masques étaient ainsi devenus inutilisables », rappelle-t-il. Le stock a donc été détruit « en 2017 », mais cela n’est pas resté sans suite, affirme-t-il.
L’idée était cependant de ne pas « répéter les erreurs du passé », et donc d’opter pour un stock fonctionnant différemment: un stock « tournant », dont une partie serait régulièrement mise sur le marché pour éviter que l’intégralité du stock ne périme à un moment.
Un « plan » a été demandé en ce sens au SPF Santé publique, mais une telle solution globale est plus complexe. « Cela prend donc du temps, il faut passer par des adaptations législatives, contractuelles, etc. », explique un porte-parole de la ministre De Block.
« Acheter des masques sans plan revient à gaspiller l’argent du contribuable », tranche le cabinet, qui se défend d’être resté inactif.
Source lien dossier N°1 : lalibre
Source lien dossier N°2 : nouvelordremondial

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *