LE BATEAU DES MORTS – LE BAG-NOZ


bag-nozDans plusieurs croyances du monde, la mort emporterait les âmes des morts (généralement ceux qui ce sont perdus en mer) dans une barque ou un vaisseau, nommé le bateau des morts. En Bretagne, cette ou ces barques noires se nomme Le Bag-Noz (Bag-an-noz ou Bag Veru). Cette vieille légende datent de la nuit des temps, et prend racine dans les croyances disant que l’âme d’un mort ne peut traverser un cour d’eau sans pont ou bateau.

La légende du bateau des morts est l’une des premières qui aient été constatées sur notre littoral et existait sans doute bien avant la conquête romaine, et au VIe siècle Procope la rapportait en ces termes :

« Les 
pêcheurs et les autres habitants de la Gaule qui sont en face de l'île 
de Bretagne sont chargés d'y passer les âmes, et pour cela exempts de 
tributs. Au milieu de la nuit, ils entendent frapper à leur porte. Ils 
se lèvent et trouvent sur le rivage des barques étrangères où ils ne 
voient personne, et qui pourtant semblent si chargées qu'elles 
paraissent sur le point de sombrer et s'élèvent d'un pouce à peine 
au-dessus des eaux. Une heure suffit pour ce trajet, quoique, avec leurs
 propres bateaux, ils puissent difficilement le faire dans l'espace 
d'une nuit. »

Ce navire des morts n’a pas disparu de la tradition contemporaine, et de 1830 à nos jours, on le voit figurer dans plusieurs récits, recueillis sur divers points de la Bretagne. Selon un conteur, les apparitions du Bag Noz se déroulent comme ceci:

« 
Près de Saint-Gildas, les pêcheurs de mauvaise vie, et qui se soucient 
peu du salut de leur âme, sont réveillés la nuit par trois coups que 
frappe à leur porte une main invisible. Alors ils se lèvent, poussés par
 une force surnaturelle. Ils se rendent au rivage, où ils trouvent de 
longs bateaux noirs qui semblent vides, et qui pourtant s'enfoncent dans
 la mer jusqu'au niveau de la vague. Dès qu'ils sont entrés, une grande 
voile blanche se hisse seule au haut du mât et la barque quitte le port,
 comme emportée par un courant rapide. Ces bateaux chargés d'âmes 
maudites ne reparaissent plus au rivage, et que le pêcheur est condamné à
 errer avec elles à travers les océans jusqu'au Jugement. »

D’après C. d’Amazeuil, ce bateau doit, jusqu’à la fin des siècles, aller de plage en plage, d’île en île, à la recherche des corps des marins pour les ramener au hameau qui les a vu naître. La croyance au navire des morts se retrouve aussi, sous des formes variées, et pas toujours précises, dans plusieurs autres récits.

Les Bolbiguéandets du Morbihan, qui sont des espèces de lutins, forcent des voyageurs à entrer dans une barque noire, où se pressent des fantômes. Quand elle est chargée, elle part avec la rapidité d’une flèche pour une île inconnue. Les âmes s’envolent, la barque repart, le conducteur tombe dans un sommeil profond, et, le lendemain se retrouve endormi à terre.

Sur les côtes du Finistère, la Barque des Morts, Lestr an Anaon, vogue la nuit, chargée à couler bas, et ses passagers, à qui les hèle, ne répondent que par des amen.
On ne dit pas quelle est sa destination, ni par qui elle est conduite.

À Audierne, on est mieux renseigné, au moins quant au capitaine d’un bateau qui s’y montre de temps en temps, il est rempli de lumières et l’on n’aperçoit personne à bord. D’autres fois, on entend seulement des bruits d’aviron, des commandements d’étarquer les voiles, mais on ne voit rien. C’est le Bag-Noz (bateau de nuit) qui fait, sur mer, l’office que le Carrik Ankou, le Chariot des morts, fait sur terre. Il est commandé par le premier mort de l’année.

A l’île de Sein, l’homme de barre du Bag-Noz est le dernier noyé de l’année.

Une femme, dont le mari avait disparu en mer sans que son corps eût été retrouvé, l’aperçut qui tenait la barre, un jour que le Bag-Noz passait tout près d’une des pointes de l’île.

Ce bateau se montre quand quelque sinistre doit se produire aux environs, il apparaît sous une forme assez indécise à la tombée de la nuit et son équipage pousse des cris à fendre l’âme. Dès que l’on veut s’en approcher cependant, la vision disparaît. Un marin parvint cependant à le serrer, une nuit, d’assez près pour voir qu’il n’y avait personne à bord, que l’homme de barre, sitôt qu’il lui eut parlé, le bateau disparut.

On croit dans le pays de Tréguier qu’il y a des barques qui portent les âmes des morts, et surtout celles des noyés, à des îles qu’on ne connaît pas, et que personne n’a jamais vues, mais qui n’en existent pas moins et qui se montreront à la fin du monde. Les soirs d’été, quand le vent se tait et que la mer est calme, on entend gémir les rames et l’on voit des ombres blanches voltiger autour des bateaux noirs. Si quelqu’un tente de suivre en mer les barques qui portent les âmes des morts, il est obligé de les accompagner jusqu’à la consommation des siècles.

On raconte au port de la Claye que, jadis, on entendait un bruit de rames et de soupirs sur la rivière du Lay. Une barque mystérieuse remontait jusqu’à Morteville, puis redescendait vers la mer avec la marée. Les légendes bretonnes connaissent une sorte de navire-enfer, qui comme le Voltigeur hollandais, navigue sans repos et est monté par un équipage de damnés, composé de tous les « faillis » matelots, des coquins morts sous la garcette pour vol à bord, des lâches qui se sont cachés pendant les combats.

À l’île d’Arz, à l’île aux Moines, et dans quelques autres localités du Morbihan, il est assez souvent parlé de vaisseaux de haut-bord montés par des hommes et par des chiens de taille gigantesque. Ces hommes sont, paraît-il, des réprouvés dont la vie a été souillée par des crimes, les chiens sont des démons préposés à leur garde et qui leur font endurer mille tortures.

Suivant des croyances constatées dans un assez grand nombre de pays, les âmes, une fois séparées du corps, ne peuvent franchir un cours d’eau, sans l’aide d’une barque ou d’un pont, c’est pour le salaire du batelier que même en France, à des époques récentes, on plaçait une pièce de monnaie dans la main du défunt.

Presque chaque année, le jour des Morts, on voit apparaître au bout de la jetée de Dieppe un des navires qui ont péri depuis un an. On le reconnaît, ce sont ses voiles, ses cordages, sa mâture. Le gardien du phare lui jette la drome, l’équipage la saisit et l’attache à l’avant-pont, suivant l’usage.

Source lien dossier N°1 : Wikipedia

Source lien dossier N°2 : dark-stories

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.