Fan d’E.T, il s’introduit dans les PC de la NASA


gary-in-cafeGary McKinnon est un hacker pas comme les autres. Fan d’E.T, ce britannique de 42 ans s’est introduit dans les PC de la NASA.

Gary McKinnon n’est pas un homme comme les autres. La quarantaine passée, cet homme originaire de Grande-Bretagne est un passionné d’extraterrestres, d’OVNI et d’E.T, l’attachant petit personnage vert créé par Spielberg. C’est d’ailleurs  sa passion pour E.T qui a conduit Gary McKinnon, hacker, à s’introduire dans des ordinateurs de la NASA et du ministère de la Défense américaine, et ce, quelques temps après les attentats du 11 septembre 2001.  Le chasseur d’OVNI est alors considéré par les États-Unis comme le plus grand pirate des temps modernes, les autorités américaines réclamaient son extradition.

S’il est jugé aux États-Unis, Gary McKinnon risque une peine de prison pouvant aller jusqu’à 70 ans. Mais, Gary McKinnon, aussi connu sous le pseudo de Solo, est malade. Atteint du symptôme d’Asperger, il risque à tout moment de se suicider, et face aux éventuels risques, Gary a  épuisé tous les recours judiciaires pour éviter son extradition. Thérésa May, la secrétaire d’État à l’Intérieur britannique a suspendu et bloqué la procédure d’extradition, pourtant accordée en 2009. Une décision qui permet ainsi à Gary alias Solo, d’être jugé eu Royaume-Uni, où il risque beaucoup moins que les 70 ans chez l’Oncle Sam.

L’aventure de Gary McKinnon commence en 2001, juste après les attentats du 11 septembre. En vrai hacker, Gary cherche des informations sur les Ovnis, c’est là qu’il parvient à pirater une centaine d’ordinateur du ministère de la défense américaine et de la NASA. La justice américaine ira même jusqu’à déclarer que Gary a « effacé des données, y compris des fichiers de systèmes opérationnels critiques dans 9 ordinateurs, un effacement qui a arrêté la totalité des plus de 2 000 ordinateurs de la zone militaire de Washington pendant 24 heures ». Au total, les dégâts sont estimés à 750 000 dollars, un montant que conteste les avocats de la défense.

La NASA, une cible facile

NASASi Gary McKinnon est parvenu, en cherchant des informations sur E.T à hacker l’agence gouvernementale en charge du programme spatial civil américain, il n’est pas le seul, ni le premier. La NASA a déjà reconnue devant le congrès américain que des hackers avaient réussi à infiltrer son réseau informatique. Et, en accédant à des informations sensibles, donnant notamment des contenus sur les projets en cours ou à venir, les hackers ont pointé du doigt la faille informatique de la NASA.

D’ailleurs, d’après des chiffres officiels, entre 2009 et 2011, 48 équipements informatiques ont été perdus ou volés à la NASA, dont un PC portable avec un disque dur non chiffré contenait des algorithmes de contrôle d’ISS. Il y a tout juste un an, un audit du système informatique de la NASA par une agence gouvernementale américaine, l’OIG (Office of the Inspector General), avait mis en évidence des failles critiques de sécurité dans le parc informatique.

Si la justice britannique doit juger Gary McKinnon, ses avocats pourront toujours plaider cette faille critique, et le fait que la NASA devrait embaucher de meilleurs responsables de la sécurité des systèmes d’information….

Source lien dossier : web-tech

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.