Maroc : Des jeunes filles volontaires belges en short menacées d’être décapitées par des islamistes « réveillez-vous les Belges Wallonie »😈   Mise à jour récente !


Un groupe d’étudiantes belges volontaires pour l’été a été pris pour cible par des islamistes marocains parce qu’ »elles travaillent en short ».


Un enseignant d’école primaire a exhorté les médias sociaux à décapiter les filles « afin que personne ne puisse contester les enseignements de l’Islam ».
Et un sénateur du parti conservateur pro-islamiste Justice et Développement a soulevé la question au Parlement : « Les travaux de construction en Europe se font-ils jamais en maillot de bain ? », a-t-il dit.
L’enseignant a été arrêté alors que le législateur demandait officiellement au ministère de l’Intérieur d’examiner la documentation et de vérifier la véritable nature de l’initiative.
Les jeunes femmes, qui travaillaient pour construire une rue, font partie d’une organisation belge à but non lucratif appelée Bouworde qui promeut des projets humanitaires depuis plus de 14 ans dans le pays nord-africain.
Sous le soleil brûlant, elles travaillaient en T-shirt et en short et affichaient des photos et des vidéos sur Facebook.
Leur tenue vestimentaire a suscité des critiques. Le sénateur Ali El Asri a publié un commentaire, se demandant si les travaux de construction en Europe sont jamais réalisés « en maillot de bain ».
« Tout le monde sait combien la question de la sécurité au travail est importante en Europe : les touristes ne peuvent pas s’approcher des chantiers de construction sans porter un casque, des vêtements et des gants appropriés. »
Dans le village près de Taroudant, le sénateur a également dit qu’il n’y a pas de changement de vêtements en été car « c’est une zone rurale et conservatrice ».
L’enseignant de 26 ans de l’école primaire a par la suite commenté le message : « Vous avez tout à fait raison, elles devraient être décapitées pour que personne ne puisse contester les enseignements de notre religion. »
L’enseignant a été dénoncé aux autorités pour incitation au terrorisme et arrêté. La publication a été supprimée dans les 24 heures, mais la question parlementaire du ministre demeure.
Entre-temps, les étudiantes sont retournées en Belgique.
L’association Bouworde a également décidé de suspendre de nouveaux projets avec le Maroc, sur les conseils du ministère des Affaires étrangères et de l’ambassade.
Source lien dossier : nouvelordremondial

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *