Les abus sexuels sur mineurs ont augmentĂ© de 30 % dans le Londres de Sadiq Khan đŸ˜ˆđŸ€«


Le nombre de crimes sexuels commis contre des enfants dans le Londres de Sadiq Khan a bondi pour atteindre 1 200 au cours de l’annĂ©e derniĂšre, selon les derniers chiffres.

Les statistiques montrent que le nombre de cas d’exploitation sexuelle d’enfants en 2017 a augmentĂ© de 30 % par rapport Ă  l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente, selon les rapports Evening Standard.

Les chiffres ont Ă©tĂ© publiĂ©s vendredi, lorsque la police mĂ©tropolitaine a co-organisĂ© une confĂ©rence de sensibilisation au problĂšme avec l’association Barnardo’s, qui a lancĂ© un projet pilote pour aider les enfants victimes de viol et d’exploitation sexuelle.

“Les enfants qui ont Ă©tĂ© exploitĂ©s sexuellement peuvent se sentir complĂštement impuissants, et le fait d’ĂȘtre violĂ© ou agressĂ© sexuellement cause souvent des niveaux dĂ©bilitants de traumatisme”, a dĂ©clarĂ© Jessica Juon, directrice adjointe des services Ă  l’enfance de Barnardo’s London, expliquant qu’il est important d’aider les victimes Ă  se sentir en sĂ©curitĂ©.

Le surintendant dĂ©tective Steve Ellen a dĂ©clarĂ© que le Met a essayĂ© d’amĂ©liorer la façon dont il enregistre et reconnaĂźt les crimes d’exploitation sexuelle des enfants, mais a reconnu que les chiffres pourraient indiquer une augmentation du nombre de crimes.

Il a dit : “L’exploitation sexuelle des enfants est une vĂ©ritable prioritĂ© pour nous et nous nous amĂ©liorons dans la recherche et le traitement de l’exploitation sexuelle des enfants et nous encourageons les gens Ă  se manifester.”

La police mĂ©tropolitaine a affirmĂ© qu’elle n’avait vu aucune preuve que Londres faisait face Ă  des scandales similaires Ă  ceux de villes comme Telford et Rotherham, oĂč la police et les autoritĂ©s “politiquement correctes” n’ont pas agi, des centaines de filles ayant Ă©tĂ© violĂ©es, battues et victimes de traite humaine.

Cependant, les policiers de Londres ont reconnu qu’ils “s’attaquaient Ă  l’exploitation sexuelle des enfants liĂ©e aux gangs et Ă  d’autres problĂšmes tels que le trafic de drogue dans le comtĂ©â€, selon le Standard, qui rappelle que la police a identifiĂ© un gang qui vise les “jeunes filles de 13 ans”, opĂ©rant autour d’un restaurant McDonald’s Ă  Stratford l’annĂ©e derniĂšre.

En effet, selon un rapport publiĂ© en novembre, Scotland Yard a plus de mal Ă  protĂ©ger les enfants exposĂ©s Ă  l’exploitation sexuelle des enfants et au viol que 12 mois auparavant.

Il a Ă©tĂ© dĂ©crit par des sources de l’Inspectorat des services constabulaires et de sauvetage et des services d’incendie de Sa MajestĂ© comme Ă©tant “le bilan le plus accablant” de l’histoire des Watchdogs, il a rĂ©vĂ©lĂ© que la plus grande force de police de Grande-Bretagne n’a pas traitĂ© correctement 90 % des cas de non-protection de l’enfance.

InterrogĂ© sur le rapport prĂ©occupant, le commissaire de la police mĂ©tropolitaine, Cressida Dick, a affirmĂ© que la question des gangs Ă©tait un problĂšme vieux de plusieurs centaines d’annĂ©es et a suggĂ©rĂ© que l’augmentation apparente des infractions pourrait ĂȘtre le rĂ©sultat d’une “sensibilisation accrue”.

“Je ne pense pas que ce phĂ©nomĂšne ait Ă©tĂ© inventĂ© au cours des derniĂšres annĂ©es – il ne l’a pas vraiment Ă©tĂ© – il fait partie de notre sociĂ©tĂ© depuis probablement des siĂšcles et des siĂšcles et des siĂšcles et des siĂšcles”, a-t-elle affirmĂ©.

MalgrĂ© des recherches montrant que 84 % des dĂ©linquants du CST sont des “asiatiques” (L’Asie commence au Moyen-Orient pour les britanniques, ndlr), alors que la grande majoritĂ© des victimes sont blanches, le commissaire a Ă©galement semblĂ© rejeter la notion de tout aspect culturel ou racial dans les gangs.

Source lien dossier : nouvelordremondial

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *